• Le premier consulat des Etats-Unis d’Amérique en France.

    Le premier consulat des Etats-Unis d’Amérique en France.

    Hôtel Fenwick, 4 cours Xavier-Arnozan, à Bordeaux.

    Cet hôtel, situé en bout du cours Xavier-Arnozan, au coin du quai des Chartrons, a été construit à la fin du XVIIIe siècle par Joseph Fenwick, un Américain originaire du Maryland. En 1791, il obtint l’enregistrement de ses lettres de commerce en qualité de consul des Etats-Unis. C’est le général George Washington, premier président américain, qui le nomma à ce poste à Bordeaux. Son hôtel devint ainsi le premier consulat américain sur le territoire français. Ce détail historique suffirait à distinguer l’immeuble si ce bâtiment n’était également remarquable par son exceptionnelle qualité architecturale. La construction en est due à l’architecte Jean-Baptiste Dufart, qui a dessiné l’un des plus beaux hôtels néoclassiques de la ville, et au maître d’œuvre Charles Durand. Cinquante ouvriers y travaillèrent quotidiennement pendant l’hiver 1795. La porte centrale inspirée d’une serlienne n’a été percée que vers 1870. Les éléments qui la décorent sont traités dans le même esprit que les ornements des colonnes rostrales de la place des Quinconces. Peu courant dans l’architecture bordelaise, un balcon court le long du premier étage. Les deux belvédères « clochetons-observatoires », souvent vus à la télévision, s’élevant au-dessus des toitures font aussi figure d’originaux dans la mesure où ils semblent très inspirés des demeures aristocratiques de Philadelphie ou de Boston. Autre particularité, les volets à persiennes sont tous d’origine ainsi que leurs ferrures ; le fait est d’autant plus notable que l’hôtel Fenwick est certainement l’un des premiers à introduire à Bordeaux la mode des volets extérieurs, ordinairement bannis des demeures prestigieuses. A la fin du XIXe siècle, la maison fut vendue à la Compagnie générale transatlantique qui s’en défit à son tour. Il a été restauré en 1985 et la Ville de Bordeaux en est propriétaire. Il fut question un temps d’y loger le musée de la Marine mais on y renonça, faute de crédits.

     

    Je vous donne en suivant une courte biographie de Dufart.

    Jean-Baptiste Dufart est né à Bayonne vers 1752 et il vint à Bordeaux vers 1772 où il fut attaché comme dessinateur au bureau de l’architecte Victor Louis, auquel il donna pendant plus de dix ans son intelligent concours et témoigna par ses œuvres de l’influence qu’eut sur son talent celui de son illustre maître. Plusieurs des maisons de ville ou de campagne attribuées à Louis sont l’œuvre de Dufart, entre autres le château Peixotto, à Talence ; le château Beauséjour, à Gironde ; le château du Burck, à Ambès, et la Maison Fenwick. Le château Feuillas (?), aujourd’hui observatoire de Floirac (?).

    En 1793, il commença sur l’emplacement du jardin des Récollets, le Théâtre Français, terminé sept ans plus tard, œuvre de beaucoup de mérite vu la forme disgracieuse de l’emplacement.

    Il succéda vers 1805 à Lhote comme ingénieur de la voirie de Bordeaux.

    Chargé des travaux de démolition du château Trompette, il établit le tracé définitif de la place des Quinconces. Dufart a donc joué un rôle décisif dans l’évolution de l’architecture et de l’urbanisme bordelais. Il est décédé à Bordeaux le 19 février 1820.

     

    Laurence Chevallier a soutenue en 2010 une thèse de doctorat dont le titre est « Jean-Baptiste Dufart (1750 – 1820) et les milieux artistiques bordelais », je ne sais pas si elle a été éditée.

    « Hollywood-sur-Garonne.Un grand architecte médiéval. »

  • Commentaires

    1
    christelle Vaz
    Vendredi 15 Septembre à 11:32

    le chateau feuillas est aujourd'hui appelé le domaine de Sybirol

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :