• La septimanie.

    Septimania.Territoire des vétérans de la Légion VII (romaine).

    La Septimanie, appelée aussi à certaines époques Gothie.


    Région de la Gaule correspondant au Languedoc actuel. C’était, à la fin de l’empire romain, la Première Narbonnaise dont Narbonne est la capitale. Cette région s’étendait entre le Rhône et les Pyrénées et correspondait approximativement aux départements du Gard, de l’Hérault, de l’Aude et des Pyrénées-Orientales. Elle tirait son nom soit des sept villes principales qui y étaient comprises (Narbonne, Agde, Béziers, Maguelonne, Carcassonne, Elne, Lodève), soit du mot latin septimani, soldats de la VIIe légion, qui y avaient formé une colonie au début de l’époque impériale. Après leur défaite de Vouillé (en 507), les Wisigoths réussissent à maintenir leur domination sur la Septimanie grâce au roi ostrogoth Théodoric Ier le Grand. Ainsi les Francs et les Burgondes ne peuvent parvenir à la Méditerranée et les royaumes wisigoth et ostrogoth sont reliés par ce couloir. Les successeurs de Clovis tentèrent vainement de reprendre la Septimanie, d’abord Thierry et Clotaire, puis Gontran qui échoue devant Nîmes en 586 et devant Carcassonne en 589. La Septimanie pourtant ne fait pas vraiment partie intégrante du royaume wisigoth et elle est considérée comme « la terre des Gaulois ». En 672, le comte de Nîmes Hilderic et l’évêque de Maguelonne Gumild entrent en rébellion contre le nouveau roi wisigoth Wamba (élu le 19 septembre 672). Le comte hispano-romain Paul, envoyé par Wamba pour mater l’insurrection, en prend la tête et se fait oindre roi, avec l’intention de reconstituer une principauté réunissant Vasconie, Aquitaine et Septimanie. Le roi Wamba, durant l’été 673, envahit la Septimanie et prend Narbonne. Le duc Paul, aidé des Francs, résiste vainement dans la forteresse des arènes de Nîmes, il est contraint de capituler en septembre 673. Les Arabo-Berbères occupent la Septimanie en 725. Charles Martel ne peut les en chasser en 737, où eut lieu une bataille avec des pertes terribles des deux côtés « en Gothie dans un lieu appelé Birra », au sud-ouest de Narbonne.  Ce n’est que Pépin III  qui réussit à reprendre la Septimanie. Après la prise de Narbonne en 753, cette région fait définitivement partie du royaume franc. Elle prit alors le nom de marche ou de duché de Septimanie ou de Gothie.

    Charlemagne y installa des comtes et rattacha cette région au royaume d’Aquitaine en 781. En 793, les Arabes tentèrent de la reprendre (bataille de l’Orbieu). Les Hispani repeuplèrent la Septimanie et quelques grands monastères y furent fondés : La Grasse, Aniane, Gellone, etc.

    C’est là que la culture religieuse de l’Aquitaine carolingienne est la plus vivante.

    Au Xe siècle, la Septimanie devint le duché de Narbonne et passa aux comtes de Toulouse, qui la gardèrent de 918 à 1229 ; elle fut, à cette date, réunie à la Couronne.

     

    « L'Aquitaine.Le prince de Ligne. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :