• Etienne de Blois, un roi de "transition".

    Etienne de Blois, roi d’Angleterre de 1135 à 1154.
    Etienne de Blois est né en 1097 à Douvres. Il est le fils d’Etienne (II)-Henri, comte de Blois et de Chartres, et petit-fils de Guillaume le Conquérant par sa mère, Adèle. Il est aussi le frère cadet de Thibaud le Grand, comte de Blois et de Meaux.
    D’abord comte de Mortain puis comte de Boulogne par son mariage avec Mathilde, fille et héritière du comte Eustache III de Boulogne.


    Sire d’Eye (en Angleterre), il se fait couronner roi d’Angleterre le 22 décembre 1135 en dépit des dernières volontés du roi Henri Ier Beauclerc, son oncle, qui avait désigné sa fille Mathilde, épouse de Geoffroi « Plantagenêt », pour lui succéder.
    Mathilde « l’impératrice » était veuve de l’empereur Henri V, dernier de la dynastie franconienne, décédé en 1125. En 1128 elle s’était remariée avec Geoffroy V d’Anjou, qui mourra le 7 septembre 1151.
    Ayant succédé à Henri Ier de manière « illégitime », Etienne est amené à faire de nombreuses concessions : non seulement il doit, en 1137, dédommager son frère aîné Thibaud II de Blois par une rente annuelle de 2000 marcs d’argent, mais il laisse les seigneurs édifier des châteaux forts sans contrainte afin de se les concilier. De même il évite tout conflit avec l’Eglise en renonçant aux régales. Enfin il laisse l’anarchie s’installer en Angleterre tandis que Geoffroy Plantagenêt soumet méthodiquement la Normandie au détriment d’Eustache (IV), le fils d’Etienne, qui avait été investi de cette conquête par le roi Louis VI de France.
    En dépit de cette politique d’abandon, une guerre civile éclate en 1137 et pendant dix ans le parti angevin, conduit par Robert de Gloucester, s’impose peu à peu.
    Robert de Caen, comte de Gloucester (né vers 1090 et mort en 1147), était le fils bâtard de Henri Ier et donc demi-frère de Mathilde « l’impératrice ».
    Geoffroy Plantagenêt meurt en 1151 et c’est son fils Henri qui reprend l’offensive jusqu’à ce que la mort d’Eustache, en 1153, conduise Etienne de Blois à accepter un compromis : il reconnaît Henri d’Anjou comme son successeur quelques mois avant sa mort survenue en décembre 1154. En effet le 6 novembre 1153, par le traité de Winchester, Etienne de Blois adopte officiellement Henri comme son héritier.  Le 19 décembre 1154 le Plantagenêt est solennellement couronné à l’abbaye de Westminster sous le nom d’Henri II. Lui et son épouse Aliénor d’Aquitaine sont la souche de la prestigieuse dynastie anglaise des Plantagenêts qui régnera sur l’Angleterre pendant près de trois siècles.
    L’impératrice Mathilde était rentrée en 1139 en Angleterre où ses partisans avaient remporté un important succès à Lincoln en février 1141. Mais elle avait du regagner la Normandie en 1148. Elle eût la satisfaction de voir son fils Henri roi d’Angleterre. Elle mourut près de Rouen le 10 septembre 1167 et fut enterrée au monastère du Bec-Hellouin.


    Le règne d’Etienne de Blois fut  bien un règne de transition entre les dynasties normande et angevine.
    Les branches « françaises » de la dynastie de Blois vont perdurer comme comtes de Blois – Chartres (jusqu’en 1230) comtes de Troyes, comtes de Meaux, puis comtes de Champagne et enfin rois de Navarre à partir de 1234 jusqu’au mariage de la dernière héritière, Jeanne, avec le roi de  France Philippe IV en 1284. Une branche a donné les comtes de Sancerre, éteinte en 1419, par le décès de Marguerite de Sancerre.

    « 19 septembre 1356 : la bataille de Poitiers.Thibaud le Grand. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :