• A propos de Jeanne d'Arc

    A propos de Jeanne d’Arc.

    Tout le monde sait combien Jeanne d’Arc est célèbre. Mais il faut bien dire l’incroyable disproportion qu’il y a entre la brièveté de son existence et l’étendue de sa gloire posthume.

    Son action politique et militaire dure dix-sept mois à peine. En effet, après une entrevue avec Charles II, duc de Lorraine, elle part de Vaucouleurs vers le 13 février 1429 pour la France. A la fin du même mois elle a sa première entrevue avec Charles VII « le roi de Bourges », à Chinon. A la fin du mois d’avril elle entre dans Orléans assiégée par les Anglais. Elle participe aux combats qui conduisent à la fin du siège le 8 mai. Puis elle assiste au sacre et au couronnement du roi Charles VII à Reims, le 17 juillet. Après cette date, je résume bien sûr, Jeanne va mener des combats intermittents jusqu’au 23 mai 1430, jour de sa capture par les Bourguignons à Margny-lès-Compiègne.  Leur chef, Jean de Luxembourg, obéissant aux injonctions de l’université de Paris, la livra aux Anglais contre rançon. Elle fut retenue prisonnière de château en château dans le Vermandois, Arras, Le Crotoy, Dieppe.  Les gens d’Eglise ayant décidé de la juger, le procès eut lieu à Rouen, où elle arriva le 23 décembre 1430, et fut instruit par l’évêque de Beauvais, Pierre Cauchon, assisté du vice-inquisiteur de France, Jean Le Maître. Le procès dura de janvier 1431 jusqu’au 29 mai 1431. Condamnée, elle fut brûlée vive le lendemain matin sur la place du Vieux-Marché. Elle avait dix-neuf ans !

    L’histoire aurait pu s’arrêter là. Mais Charles VII, qui n’avait rien fait pour la sauver, attendit la prise de Rouen, en 1450, pour ouvrir une enquête sur son procès.

    D’autre part, répondant à une supplique de la famille de Jeanne d’Arc, le pape Calixte III (Alonso Borgia) ordonna en juin 1455 un nouveau procès en révision  de la « Pucelle d’Orléans ». Le pape désigne trois juges pour « décider ce qui est juste » : Jean Juvénal des Ursins, archevêque de Reims, Guillaume Chartier, évêque de Paris, et Richard Olivier, évêque de Coutances. Ils doivent s’adjoindre un « délégué pour l’hérésie dans le royaume de France », ce sera Jean Bréhal, et divers sous-inquisiteur au diocèse de Beauvais. La sentence de réhabilitation de Jeanne fut donnée le 7 juillet 1456, et communiquée au Vatican. Le tribunal a annulé le jugement de Rouen : la bergère est lavée de toute faute. Durant près de quatre siècles la mémoire de Jeanne disparaît. 

    Au XIXe siècle on assiste au grand retour !

    Elle est l’héroïne rêvée d’une époque hystérisée par la construction de l’identité nationale française. Un procès en canonisation débute en 1897, Jeanne d’Arc est béatifiée le 18 avril 1909 puis canonisée en 1920. La grandiose cérémonie de canonisation se déroula à Rome le dimanche 16 mai 1920. En 1922 le pape Pie XI, Achille Ratti, proclame Jeanne d’Arc « patronne secondaire de la France », la Vierge Marie demeurant la patronne principale du pays. Le calendrier liturgique fixe la fête de Jeanne d’Arc le 30 mai.

    Si, peu à peu, malgré les défilés annuels de l’extrême droite à l’ombre d’une de ses statues à Paris, et le travail des républicains pour ne pas laisser au sectarisme cette prise de choix, la bataille idéologique s’estompe, quelle importance ? On trouve moyen de parler d’elle, il n’est que de voir tous ces livres et ces films la concernant !

    Quand la grande histoire ne suffit plus, on se replie sur la petite, on ressort la énième version des thèses les plus farfelues à son sujet : elle ne serait pas morte sur le bûcher, elle aurait survécu, ce ne serait pas une « bergère » mais la fille cachée d’un personnage très important. Tout ça fait vendre des livres et des magazines. Toutes les élucubrations possibles et imaginables reviennent périodiquement, surtout en France. On voit mal pourquoi le cours s’en arrêterait.

    « REMI.A propos des Baudricourt. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :